Tout savoir sur les terreurs nocturnes

Terreurs nocturnes

Les terreurs nocturnes constituent un phénomène intrigant et souvent déconcertant, tant pour les patients que pour leurs parents. En tant que parasomnie complexe, elles se manifestent par des épisodes de sommeil agité et perturbé, principalement pendant le sommeil profond.

Qu’est-ce qu’une terreur nocturne ?

Les terreurs nocturnes, aussi connues sous le terme médical de « pavor nocturnus », sont des épisodes de sommeil agité caractérisés par des comportements inconscients et souvent spectaculaires. Contrairement aux cauchemars qui surviennent généralement pendant le sommeil paradoxal, les terreurs nocturnes se produisent pendant la phase de sommeil lent profond, soit environ une à deux heures après l’endormissement.

Durant une terreur nocturne, le patient peut soudainement se redresser sur son lit, crier de manière violente, transpirer abondamment, et présenter des mouvements brusques. Ces épisodes peuvent durer de quelques minutes à une trentaine de minutes et se terminent souvent par un retour rapide à un sommeil calme. Il est important de noter que le patient garde aucun souvenir de l’épisode au réveil, ce qui contraste nettement avec les cauchemars où le souvenir du rêve désagréable est souvent bien présent.

Quels sont les symptômes d’une terreur nocturne ?

Les symptômes des terreurs nocturnes peuvent être divisés en deux phases : la phase de crise et la phase d’après-crise.

Phase de crise :

  1. Redressement soudain sur le lit.
  2. Cris violents, sueurs, tremblements.
  3. Yeux ouverts, regard fixe, propos incohérents.
  4. Absence de réceptivité, parfois accompagnée d’agressivité.
  5. Durée : de quelques instants à une trentaine de minutes.

Phase d’après-crise :

  1. Retour au sommeil classique, souvent sans difficulté.
  2. Amnésie complète de l’épisode au réveil.

Les symptômes peuvent varier d’une personne à l’autre, mais l’état de terreur et la confusion sont des marqueurs constants de ce trouble.

Quelles sont les causes de terreur nocturne ?

Les causes des terreurs nocturnes sont multiples et souvent interconnectées. Elles peuvent être déclenchées par divers facteurs tant environnementaux que physiologiques.

  1. Stress et anxiété : Les événements stressants comme un déménagement, une rupture ou même l’entrée à la garderie peuvent précipiter des épisodes de terreurs nocturnes.
  2. Fatigue et manque de sommeil : Un sommeil insuffisant ou de mauvaise qualité peut provoquer des terreurs nocturnes.
  3. Changements de routine ou d’habitudes de sommeil : Toute perturbation de la routine de sommeil peut être un facteur déclenchant.
  4. Consommation de substances psychoactives ou certains médicaments : Les substances affectant le système nerveux central peuvent contribuer à l’apparition de ces épisodes.
  5. Maladie ou fièvre : Les états fébriles peuvent augmenter les risques de terreur nocturne.
  6. Hérédité : Une composante génétique semble être impliquée, avec une transmission possible de parents à enfants.
  7. Autres troubles du sommeil : Le somnambulisme et l’éveil confusionnel sont parfois associés aux terreurs nocturnes.

Quelles sont les causes des terreurs nocturnes chez les enfants ?

Chez les enfants, les terreurs nocturnes peuvent être déclenchées par divers facteurs tels que la fièvre, un environnement stressant, des changements d’habitude, un rythme de sommeil irrégulier, le reflux gastro-œsophagien (RGO), et le syndrome des jambes sans repos. Les enfants de moins de 12 ans, particulièrement les garçons, sont plus susceptibles de présenter ces épisodes.

Quelles sont les causes des terreurs nocturnes chez les adultes ?

Chez les adultes, les terreurs nocturnes sont rares et touchent moins de 2% de la population. Les causes incluent le stress intense et prolongé, ainsi qu’un manque de sommeil. Une consultation avec un neurologue spécialiste du sommeil est souvent recommandée pour identifier et traiter toute maladie sous-jacente.

À quel moment de la nuit surviennent les terreurs nocturnes ?

Les terreurs nocturnes surviennent généralement pendant le sommeil lent profond, souvent au cours du premier cycle de sommeil, soit une à deux heures après l’endormissement. Cependant, elles peuvent également se manifester en milieu de nuit, perturbant ainsi le repos nocturne.

Quelles différences entre cauchemars et terreurs nocturnes ?

Les cauchemars et les terreurs nocturnes sont deux troubles distincts. Les cauchemars surviennent pendant la phase de sommeil paradoxal, principalement en deuxième partie de nuit, et sont associés à des rêves désagréables dont les personnes se souviennent. En revanche, les terreurs nocturnes se produisent pendant le sommeil lent profond, en début de nuit, et se caractérisent par des cris, des mouvements brusques, et une absence de souvenir de l’épisode.

Les terreurs nocturnes en fonction de l’âge

Les terreurs nocturnes peuvent affecter différentes tranches d’âge, chacune présentant des caractéristiques spécifiques.

Les terreurs nocturnes du bébé

Chez les bébés, les terreurs nocturnes sont rares mais peuvent survenir. Elles se manifestent généralement par des pleurs et des cris inconsolables pendant le sommeil. La régularité des siestes et la stabilité de la routine de coucher peuvent aider à minimiser ces épisodes.

Les terreurs nocturnes de l’enfant

Les terreurs nocturnes sont plus fréquentes chez les enfants âgés de 3 à 8 ans, touchant principalement les garçons. Les facteurs de risque incluent la fièvre, un environnement stressant, et des changements de routine. Les parents doivent rester calmes et éviter de réveiller l’enfant durant l’épisode. La réassurance et une routine de coucher stable sont des mesures efficaces pour atténuer ces crises.

Les terreurs nocturnes de l’adolescent

Bien que moins courantes, les terreurs nocturnes peuvent persister chez les adolescents. Le stress scolaire et social, ainsi que les perturbations du cycle de sommeil, peuvent être des déclencheurs. La gestion du stress par des activités de relaxation comme la méditation ou le yoga peut être bénéfique.

Les terreurs nocturnes chez l’adulte

Chez les adultes, les terreurs nocturnes sont rares, touchant moins de 2% de la population. Les causes incluent le stress intense et prolongé, ainsi qu’un manque de sommeil. Une consultation avec un neurologue spécialiste du sommeil est souvent recommandée pour identifier et traiter toute maladie sous-jacente. Adopter un mode de vie plus calme et régulier peut également aider à réduire ces épisodes.

Quelles sont les solutions contre les terreurs et angoisses nocturnes ?

Il existe plusieurs solutions pour gérer et minimiser les terreurs nocturnes :

  1. Pendant une crise :

    • Ne pas tenter de réveiller la personne.
    • Garder le calme et attendre la fin de l’épisode.
    • Éviter de toucher ou de bouger la personne pour ne pas aggraver l’épisode.
    • Rester à proximité et parler doucement pour rassurer le patient.
    • Ne pas évoquer l’épisode le lendemain pour éviter de créer de l’angoisse.
  2. Traitement et suivi médical :

    • Chez l’enfant : Pas de traitement nécessaire, les crises disparaissent généralement à l’adolescence. Parfois, une consultation avec un spécialiste peut être nécessaire si les crises s’intensifient.
    • Chez l’adulte : Consultation avec un neurologue spécialiste du sommeil, identifier et traiter une éventuelle maladie sous-jacente, adopter un mode de vie plus calme, et consulter un psychologue si besoin.
  3. Mesures préventives :

    • Créer un environnement propice au sommeil.
    • Maintenir une routine régulière de coucher et de réveil.
    • Éviter les stimuli stressants avant le coucher.
    • Favoriser un environnement de sommeil paisible et confortable.
    • Gérer le stress et l’anxiété avec des techniques de relaxation.

Quand est-il nécessaire de consulter un médecin ?

Il est recommandé de consulter un professionnel de la santé dans les situations suivantes :

  • Les épisodes de terreurs nocturnes sont fréquents et perturbent considérablement la qualité de vie.
  • Il existe des signes d’autres troubles du sommeil associés, tels que le somnambulisme ou l’éveil confusionnel.
  • Les crises s’intensifient ou sont accompagnées de comportements dangereux.
  • Un adulte présente des terreurs nocturnes pour la première fois.
  • Le stress et l’anxiété liés aux terreurs nocturnes persistent malgré les mesures préventives.

Examens

La polysomnographie est l’examen le plus complet du sommeil.

Rendez-vous

Consultez rapidement à l’Institut des Troubles du Sommeil.

FAQ

Questions fréquentes

Pour faire disparaître les terreurs nocturnes, il est essentiel de maintenir une routine de sommeil régulière, de créer un environnement de sommeil apaisant, et de gérer le stress par des techniques de relaxation. Chez les enfants, la plupart des terreurs nocturnes disparaissent avec l’âge sans intervention médicale.

Les terreurs nocturnes surviennent pendant la phase de sommeil lent profond et se caractérisent par des cris, des mouvements brusques, et une absence de souvenir de l’épisode. Les cauchemars, en revanche, se produisent pendant le sommeil paradoxal, principalement en deuxième partie de nuit, et sont souvent associés à des rêves désagréables dont le patient se souvient.

Pour éviter les terreurs nocturnes, il est recommandé de :

  • Maintenir une routine de sommeil régulière.
  • Éviter les stimuli stressants avant le coucher.
  • Créer un environnement de sommeil paisible.
  • Gérer le stress et l’anxiété avec des techniques de relaxation.
  • Limiter la consommation de substances psychoactives avant de se coucher.

En cas de terreur nocturne, il est conseillé de :

  • Ne pas tenter de réveiller la personne.
  • Garder le calme et attendre la fin de l’épisode.
  • Parler doucement et rassurer la personne si elle se réveille.
  • Ne pas évoquer l’épisode le lendemain pour éviter de créer de l’angoisse.

Les terreurs nocturnes touchent principalement les enfants de moins de 12 ans, avec un pic d’incidence entre 3 et 8 ans. Elles sont plus fréquentes chez les garçons et tendent à diminuer à l’adolescence. Chez les adultes, elles sont rares mais peuvent survenir en cas de stress intense ou de manque de sommeil.

Les symptômes d’une crise de terreur nocturne incluent des cris, des gémissements, ou des pleurs pendant le sommeil, des mouvements brusques et agités, la transpiration, l’état de terreur, la tachycardie, et la confusion. Les yeux peuvent être ouverts avec un regard fixe, et la personne a souvent du mal à se réveiller après l’épisode, sans souvenir de celui-ci.

Rendez-vous

Prendre rendez-vous pour des terreurs nocturnes

Nos médecins du sommeil réalisent des consultations du sommeil quotidiennement et explorent chaque année plusieurs centaines de patients.

Prendre rendez-vous en ligne Doctolib