Les explorations fonctionnelles respiratoires (EFR)

Woman sleeping with her TV on

examen du sommeil

Qu’est-ce qu’une exploration fonctionnelle respiratoire ?

L’exploration fonctionnelle respiratoire (EFR) est un ensemble d’examens réalisés en pneumologie pour évaluer la capacité respiratoire, le débit, les volumes pulmonaires et la fonction des muscles respiratoires. Ces examens permettent de dépister, diagnostiquer et surveiller l’évolution de certaines pathologies respiratoires telles que la bronchite chronique, la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) ou encore certaines pathologies interstitielles et fibroses pulmonaires.

À quoi sert une épreuve fonctionnelle respiratoire ?

Les EFR permettent d’évaluer la capacité respiratoire, notamment la puissance des muscles respiratoires et les volumes d’air mobilisables dans les poumons. Ces examens contribuent au diagnostic et au suivi de diverses maladies respiratoires, telles que la bronchite chronique, la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) ou encore certaines pathologies interstitielles et fibroses pulmonaires.

Pourquoi faire une EFR ?

L’EFR est un examen non douloureux, permettant d’évaluer l’efficacité du traitement et de surveiller l’évolution des troubles respiratoires chez des patients atteints de pathologies pulmonaires. Elle permet également d’établir un bilan préopératoire avant une chirurgie thoracique, notamment en cas de complications respiratoires potentielles.

Comment se déroule une EFR ?

L’EFR est composée de plusieurs examens, dont certains peuvent être réalisés en même temps. Voici les examens les plus couramment pratiqués :

La spirométrie

La spirométrie est un examen qui permet de mesurer le débit d’air inspiré et expiré par les poumons. Le patient respire dans un embout buccal relié à un spiromètre, un appareil qui enregistre les volumes d’air inspirés et expirés. Le patient porte un pince-nez pour éviter les fuites d’air. Les tests sont répétés 2 à 3 fois pour obtenir des résultats fiables. La capacité vitale et le débit expiratoire maximal sont des paramètres importants mesurés lors de cet examen.

La pléthysmographie

La pléthysmographie corporelle mesure les volumes pulmonaires en faisant varier la pression dans une cabine hermétique. Le patient est assis dans la cabine et respire dans un embout buccal, tandis que l’appareil mesure les variations de pression dues aux mouvements respiratoires. Cet examen permet de déterminer les volumes d’air restant dans les poumons après une expiration maximale.

La capacité de diffusion pulmonaire

La capacité de diffusion pulmonaire évalue la capacité des poumons à échanger le dioxyde de carbone (CO2) et l’oxygène (O2) avec le sang. Le patient respire un mélange gazeux spécifique contenant un traceur inerte et de faibles concentrations de CO2 et d’O2. L’appareil mesure ensuite la différence entre les concentrations inspirées et expirées pour déterminer la capacité de diffusion des gaz à travers la paroi alvéolo-capillaire.

La gazométrie artérielle

La gazométrie artérielle est une analyse de sang prélevé directement d’une artère, généralement au niveau du poignet. Elle permet de mesurer les concentrations en oxygène (PO2) et en dioxyde de carbone (PCO2) dans le sang artériel. Cette mesure est essentielle pour évaluer la capacité des poumons à assurer les échanges gazeux et est souvent utilisée pour surveiller l’évolution d’une pathologie respiratoire.

Le test de provocation à la métacholine

Le test de provocation à la métacholine est utilisé pour diagnostiquer l’asthme et évaluer la réactivité bronchique. Le patient inhale de la métacholine, une substance qui provoque un rétrécissement des bronches. La spirométrie est ensuite réalisée pour mesurer la diminution du débit d’air expiré. Une réduction significative du débit d’air expiré en réponse à la métacholine indique une hyper-réactivité bronchique, typique de l’asthme.

Le test d’hyperoxie

Le test d’hyperoxie permet d’évaluer la réponse des muscles respiratoires à une exposition prolongée à un air enrichi en oxygène. Le patient respire un mélange gazeux contenant une concentration élevée d’oxygène pendant une période déterminée. Les médecins évaluent ensuite l’efficacité des muscles respiratoires et la capacité des poumons à éliminer le CO2.

La mesure des résistances pulmonaires

La mesure des résistances pulmonaires évalue la résistance mécanique des voies aériennes et des tissus pulmonaires à l’écoulement de l’air. Cet examen est utile pour détecter des anomalies dans les voies aériennes et les parenchymes pulmonaires, telles que l’obstruction bronchique ou l’infiltration interstitielle.

Quelles sont les indications à des EFR ?

Le diagnostic et le suivi de maladies respiratoires chroniques

Les EFR sont essentielles pour le diagnostic et le suivi des patients atteints de maladies respiratoires chroniques, telles que la BPCO, l’asthme, la fibrose pulmonaire ou les pathologies interstitielles.

Le bilan avant une chirurgie du poumon

Les EFR sont réalisées pour évaluer les risques et les bénéfices d’une chirurgie thoracique, en particulier chez les patients présentant des complications respiratoires potentielles.

Le suivi de certaines pathologies avec atteinte respiratoire

Certaines pathologies non respiratoires, telles que les maladies neuromusculaires, peuvent également affecter la fonction respiratoire. Les EFR sont utiles pour surveiller l’évolution de ces pathologies et ajuster les traitements en conséquence.

Le suivi de la fonction respiratoire

Les EFR permettent de surveiller la fonction respiratoire chez des patients exposés à des facteurs de risque professionnels ou environnementaux, tels que les fumées toxiques ou les allergènes.

Quelles sont les contre-indications des EFR ?

Les contre-indications pour réaliser une EFR sont rares et dépendent du type d’examen réalisé. Certaines situations peuvent fausser les résultats, notamment :

  • Une infection récente des voies respiratoires supérieures
  • Une pneumothorax non traité
  • Une embolie pulmonaire récente
  • Une chirurgie thoracique ou abdominale récente
  • Un anévrisme aortique ou une dissection aortique
  • Un infarctus du myocarde récent ou une angine instable
  • Des troubles de la coagulation non contrôlés, notamment en cas de gazométrie artérielle
  • Une hémoptysie active

Où réaliser une EFR ?

Les EFR sont généralement réalisées dans des centres spécialisés en pneumologie ou des laboratoires d’explorations fonctionnelles respiratoires. Somnology dispose de l’équipement nécessaire et du personnel qualifié pour effectuer les différents examens et interpréter les résultats.

Pathologies

L’apnée du sommeil est la pathologie du sommeil la plus fréquente.

Le syndrome des jambes sans repos peut être exploré grâce à une polygraphie.

Rendez-vous

Consultez rapidement à l’Institut des Troubles du Sommeil.

FAQ

Questions fréquentes

La base de remboursement de la Sécurité Sociale est de 76,80€ (code CCAM GLQP002), le tarif comprenant le dépassement d’honoraire est d’environ 140€ chez Somnology. Votre mutuelle peut éventuellement prendre en charge une partie ou la totalité de ce dépassement.

La base de remboursement est de 76,80€ par l’Assurance Maladie, auquel peut s’ajouter un complément de prise en charge par votre complémentaire santé.

Rendez-vous

Prendre rendez-vous pour une EFR

Nos médecins du sommeil réalisent des EFR quotidiennement et explorent chaque année le sommeil de plusieurs centaines de patients.

Prendre rendez-vous en ligne Doctolib